Fatick : le paludisme sévit toujours dans la zone de Tattaguine

Télécommunications

"Au niveau du poste de santé de Tattaguine qui polarise 8 villages avec 15020 habitants, on a constaté que le paludisme sévit toujours"', a-t-il lors de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. L'édition 2015 dont le thème est "Zéro palu, je m'engage" est organisée dans la localité par la mairie de Tattaguine en partenariat avec l'ONG WorldVision. Selon l'infirmier-chef de poste, "il y a des patients qui souffrent toujours du paludisme dans la zone même si le nombre a diminué par rapport aux années passées parce que la population est consciente de l'existence de la maladie et du mode de prévention". "La persistance de cette maladie dans la zone est due à la présence de flaques d'eau en plus la population cultive jusqu'au niveau des concessions et ce sont des facteurs qui favorisent la reproduction des moustiques", a fait observer l'ICP. Malgré la sensibilisation, "il y a des gens qui ne dorment pas sous des moustiquaires et ils estiment que le paludisme n'apparait que durant l'hivernage alors c'est au mois d'octobre, novembre, décembre que la maladie monte", a déploré El Hadj Ndiaye. "Présentement, le paludisme n'est pas la première cause de consultation. Il y a d'autres maladies qui sont plus fréquentes ce qui fait que le paludisme est la troisième cause de consultations après les infections respiratoires aiguës (IRA) et la diarrhée qui touchent les enfants", a-t-il relevé.