Rufisque : des guides pour les comités de gestion de la digue de protection

Télécommunications

On a réalisé ce guide pour permettre aux membres des comités de gestion de bien entretenir la digue. Nous l'avons conçu avec un expert en génie civil qui a la charge de répondre aux questions que peuvent poser les destinataires du guide, pour notamment avoir plus d'informations sur comment faire l'entretien de l'infrastructure, a expliqué Aissata Boubou Sall, chargée de suivi évaluation au CSE. Depuis janvier 2012, le Sénégal a bénéficié d'un financement du fonds pour l'adaptation (aux changements climatiques), à travers le projet adaptation à l'érosion côtière dans les zones vulnérables. Les principales réalisations du projet portent sur la mise en place d'ouvrages de protection côtière à Saly, Joal et Rufisque – Est. Précisant que le projet est terminé depuis novembre 2014, Mme Sall a souligné que l'activité de samedi s'inscrit dans une stratégie de sortie. En tant qu'entité nationale de mise en œuvre. Nous avons élaboré cet outil qui certes n'était pas prévu dans le cadre de ce projet, mais que nous estimons nécessaire dans le cadre de l'accompagnement du projet, a-t-elle indiqué. Tout ouvrage a besoin d'entretien. C'est un processus normal. Il est vrai que nous avons fait un travail de sensibilisation auprès des populations, afin qu'elles ne fassent pas des actions pouvant rendre la digue très fragile, mais nous voulons à chaque fois renforcer (...), a-t-elle souligné. Parallèlement, elle est revenue sur le fait que la digue de Thiawlène est pour le fonds d'adaptation aux changements climatiques un projet pilote à travers lequel, il veut démontrer qu'il existe des technologies qui peuvent aider à arrêter le phénomène de l'érosion côtière. Ainsi pour Mme Sall, si les fonds sont disponibles, le CSE est disposé à procéder à l'érection d'autres infrastructures le long de la cote, afin de contrer l'avancée de la mer. Il est possible d'attaquer d'autres problèmes dans le domaine de l'érosion côtière. Ça veut dire que si les moyens sont là avec des projets pertinents approuvés, on peut dans le long terme penser à régler d'autres problèmes, a-t-elle dit.