Le COMIAC veut miser sur la jeunesse et les médias pour redorer le blason de l'islam

Télécommunications

La jeunesse et la presse "peuvent changer l'image actuelle de l'islam" à travers des émissions radiotélévisés incitant les peuples "à agir en symbiose pour que la paix règne dans les pays, a déclaré l'ambassadeur Seck. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse en prélude de la 10-ème session du COMIAC prévue à Dakar mardi et mercredi sur le thème Jeunesse et média pour la paix et la stabilité dans le monde musulman. La cérémonie officielle d'ouverture de cette rencontre sera présidée par le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice du COMIAC, en présence des ministres de la Communication et de la Culture des 56 pays membres de l'OCI dont le secrétaire général est également attendu à cette rencontre. Cette rencontre est dédiée à la jeunesse et aux médias des pays membres de l'OCI et vise à "démonter au monde entier que l'islam est une religion de paix et de tolérance", a-t-il indiqué. Il a rappelé que cette session va se tenir "à un moment où le monde musulman est confronté à des conflits dans lesquels ce sont des musulmans qui tuent leurs frères musulmans". Le Sénégal compte proposer, lors de cette rencontre, "des activités impliquant davantage la jeunesse et les médias des pays membres de l'OCI à travers des activités parascolaires où les jeunes musulmans pourront se retrouver et échanger", a expliqué le directeur du COMIAC. Il sera proposé aux membres du COMIAC l'institution d'un concours (télé, radio et presse écrite) sur l'islam, le renforcement de la visibilité des activités de l'OCI à travers la conception d'émissions radiotélévisées sur le dialogue interreligieux, a annoncé Cheikhou Oumar Seck. L'idée d'une chaîne de télévision satellitaire et d'un site Internet fera également l'objet d'une discussion lors de cette rencontre de Dakar, considérée comme un tournant important pour cette organisation. "Le projet est ficelé, il faudra juste choisir entre les deux, si c'est la télévision, il s'agira de définir la ligne rédactionnelle et le pays où elle sera implantée", a-t-il dit, non sans formuler le souhait de la voir installée au Sénégal. "L'islam est agressée de partout et il faudra donc expliquer à ces agresseurs que c'est une religion de paix", a indiqué le directeur du COMIAC dont les services comptent impliquer les familles religieuses dans cette perspective. En février 2014, le président Macky Sall avait pris la décision de redynamiser le COMIAC en instituant par décret, un bureau de coordination du COMIAC dirigé par le journaliste à la retraite Cheikhou Oumar Seck.