Plaidoyer pour une meilleure implication des élus locaux dans la gestion du secteur

1

Les exploitations minières non réglementées menacent "la survie des populations", impactent leur santé et leur environnement et induisent "le déplacement populations et la déscolarisation" des enfants, a-t-il fait valoir. Amadou Moustapha Aïdara participait à un atelier de formation des élus locaux des régions de Thiès et Dakar, sur la législation minière, la fiscalité et l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). Au nombre des problèmes engendrés par les exploitations minières non réglementées, il a également cité "la perversion des mœurs" à travers la prostitution. "L'exploitation minière au niveau des collectivités locales nécessite la mise en place d'un Fonds de péréquation et d'un Fonds d'appui au profit des populations directement impactées et souvent victimes de l'impact négatif" des exploitations minières, a-t-il indiqué. Dans cette perspective, annoncé M. Aïdara, le Réseau des élus locaux de Thiès compte "s'impliquer pour une amélioration du cadre juridique" des secteurs minier et pétrolier. Il ambitionne également de travailler à une revue du code minier et de conduire un plaidoyer pour pallier l'absence des collectivités locales dans le processus de prise de décisions des exploitations minières. Aussi cet atelier devrait-il contribuer à la mise en place d'antennes à travers le pays pour un maillage du territoire national, en partant de zones d'intervention telles que Dakar, Thiès, Matam, Tambacounda, Kédougou, Ziguinchor, Kolda et Sédhiou.