Journée nationale de commémoration des résistances, lundi

Télécommunications

A cette occasion différentes manifestations seront organisées à l'Hôtel de ville de Dakar, précise la même source. Dans le cadre de la cérémonie solennelle, il est prévu, à 11h, le dévoilement de la plaque en hommage aux résistances contre l'esclave, indique le Comité d'organisation, dans son communiqué. Il y aura également la fanfare des anciens militaires, des lectures de textes par les élèves du Plateau, une Chorégraphe de Fatou Samb. A 16 heures suivra, dans la Salle des actes de l'hôtel de ville, le séminaire de l'école des mémoires qui se sera axé sur le thème : De la traite des noirs à la colonisation: bâtir une mémoire apaisée. Les débats seront modérés par le Professeur Abdoulaye Elimane Kane Cette séquence réflexion abordera plusieurs thèmes dont Le rôle de Gorée dans le mouvement abolitionniste, esclavage et les traites en Afrique occidentale : entre mémoires et histoires, Quel avenir pour le patrimoine colonial sénégalais. Les participants se pencheront aussi sur Le rôle du cinéma dans la préservation de la mémoire africaine, La notion de crime contre l'humanité dans l'histoire, Pourquoi le Mémorial de Gorée?, Les liens entre la mémoire du continent et les affirmations panafricanistes. Le Sénégal a voté le 27 avril 2010 une loi déclarant la traite des noirs et l'esclavage crimes contre l'humanité. L'article premier de ce texte stipule que la République du Sénégal déclare solennellement que l'esclavage et la traite négrière, sous toutes leurs formes, constituent un crime contre l'Humanité. Autour du thème De l'esclavage à la colonisation: bâtir une mémoire apaisée, il s'agit de réfléchir sur les enjeux d'affirmation identitaire mais aussi de mobilisations progressistes et de dialogue avec les peuples que l'histoire a mis sur le chemin des peuples africains. Ce thème veille à ne pas déconnecter la traite, l'esclavage et la colonisation de l'Histoire.