Kaolack: des acteurs sensibilisés aux techniques de conservation des sols

Télécommunications

Dans le cadre d'un partage des acquis obtenus par le projet dans ses zones pilotes nous avons jugé nécessaire d'impliquer les réseaux scolaires composés des enseignants et des élus locaux dans la lutte contre la dégradation des terres, a expliqué El Hadj Macodou Diagne, coordonnateur national du CODEVAL au terme de la visite de travail qui s'est tenue jeudi. Pour cela, a-t-il précisé, nous avons invité ces acteurs locaux et nos partenaires qui interviennent dans les zones pilotes du département de Kaolack à une visite de terrain à Ndiaffate sérère, site pilote, pour échanger et constater de visu des expériences ou acquis obtenus par le projet en matière de conservation des terres. Il a expliqué que l'option de faire recours au réseau scolaire est due au fait qu'il dispose de structures comme les Comités de gestion d'école (CGE) et des Unions de comités de gestion d'école (UCGE) qui sont très dynamiques dans la vulgarisation et dans la démultiplication des expériences. Aujourd'hui, a-t-il ajouté, le projet CODEVAL œuvre à associer les enseignants et les collectivités dans la lutte contre la dégradation des terres. Selon lui, c'est ce qui justifie la collaboration entre les Inspections régionales des eaux-et-forêts et les Inspections d'académies des régions de Kaolack et de Fatick où intervient le projet depuis 2012. L'objectif a-t-il encore précisé, est de faire en sorte que les CGE et les UCGE prennent en compte de façon volontariste des activités de lutte contre la dégradation des sols. Financé par le gouvernement du Japon, le projet CODEVAL intervient à Kaolack dans les départements de Kaolack et de Nioro à travers 20 sites pilotes et 20 sites prioritaires. Il a réalisé 28 latrines Ecosan et formés les producteurs de ses zones d'intervention aux techniques de conservation des terres. Au-delà de de Kaolack, le projet intervient également dans les départements de Foundiougne et Fatick situés dans la région de Fatick. Le projet CODEVAL arrive à terme en 2016.