Matam : le village de Téckéguel réclame l'électricité et des routes

Télécommunications

Ces doléances ont été exprimées récemment au cours d'une manifestation, a constaté l'APS. Durant l'hivernage, nous sommes bloqués dans nos activités. Les gens ne peuvent pas aller se faire soigner ni aller cultiver. On ne dispose même pas de structures pour conserver les corps, a confié Salif Diallo, porte-parole des habitants. Les femmes enceintes perdent souvent la vie au moment de leur évacuation qui se fait avec l'aide des charrettes, à destination de Sinthiou Bamabé ou bien Ndindori. Ces décès sont dus à l'inexistence des bonnes routes, a-t-il déploré. Le poste de santé construit grâce aux immigrés est actuellement en ruine faute de personnel, selon Diallo, ajoutant que dans le domaine de l'éducation, le collège attend toujours l'affectation d'enseignants.