Des officiels évoquent l'importance du livre pour les détenus

Genre

"Le livre, un objet d'apprentissage et de formation de la personnalité, constitue une source inépuisable de connaissances, découverte de soi et des autres", a expliqué le directeur de cabinet du ministre de la Culture et de la Communication, Rémy Sagna, lors d'une cérémonie officielle dédiée à la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur. Le livre mène vers le savoir et la connaissance des autres, aussi bien pour les personnes jouissant de leur liberté que pour celles qui vivent en détention, a souligné M. Sagna lors de cette cérémonie organisée dans les locaux de la Maison d'arrêt et de correction pour femmes (MAF), à Dakar. Le livre concourt, selon lui, au "renforcement du sentiment d'appartenance à l'humanité". C'est pour cette raison que le ministère de la Culture et de la Communication "cherche à promouvoir la lecture chez les groupes marginalisés", a expliqué Rémi Sagna. Revenant sur le choix de la MAF pour la cérémonie officielle dédiée à la Journée mondiale au livre au Sénégal, la directrice de cet établissement pénitentiaire, Sokhna Fatou Mbaye Thioune, dira que "la peine d'emprisonnement ne prive le détenu que de la liberté d'aller et venir". "Donc, le livre est d'une importance capitale" pour les détenus, puisqu'ils ont la possibilité de se cultiver par la lecture, a-t-elle ajouté. Mme Thioune a loué le geste de solidarité fait par la Direction du livre pour les femmes détenues dans cette geôle, en leur offrant des livres. "La privation de la liberté ne prive pas le détenu du droit d'accès à l'information et à la connaissance. C'est cela qui explique les activités faites par la Direction du livre au profit des personnes vivant dans des situations difficiles, y compris celles qui sont détenues dans cet établissement pénitentiaire", a expliqué le directeur livre, Ibrahima Lô. "Nous avons choisi des titres assez variés de la littérature nationale, mais aussi d'écrivains d'autre pays, pour renforcer la bibliothèque de la MAF", a indiqué M. Lô. Mbaye Sarr, chef de Division de la réinsertion des détenus, au ministère de la Justice, a invité la Direction du livre à "perpétuer" ce geste de solidarité avec les établissements pénitentiaires. L'un des livres offerts aux femmes détenues, intitulé "Awo Bi" (la première des coépouses, en wolof), a été l'objet d'une conférence-débat entre son auteure Mame Younouss Dieng et les femmes en détention.