Une "foire de l'intégration", refuge pour marchands ambulants

Economie

Se voulant "une vitrine de l'intégration africaine", cette manifestation se tient depuis début avril sur le périmètre de la commune d'arrondissement de la Patte d'Oie, en partant vers l'aéroport international Léopold Senghor. À hauteur de la passerelle piétonne surplombant cette voie principale qui relie le centre-ville à l'aéroport de Dakar, des bâches de couleur blanche sont soigneusement dressées pour abriter les stands. Dès les premières heures de la matinée, mercredi matin, les exposants avaient déjà investi leurs stands dans un calme seulement perturbé par les klaxons et bruits de véhicules. Quelques gardiens étaient postés derrière les barrières pour sécuriser les lieux, en attendant l'arrivée des clients. Lamine, un marchand ambulant venu de Sandaga, la grande place marchande dakaroise, avait lui fini d'exposer ses chemises et pantalons. "C'est vraiment une aubaine pour nous les ambulants. Nous sommes chassés de marché en marché. Cette foire nous permet de nous recaser quelque part et de faire des affaires. Pour l'instant ça marche", déclare Lamine. Il dit trouver son compte dans cette foire qu'il considère comme "un refuge". "En plus il y a la sécurité. Tout se passe très bien pour nous. Les stands nous ont cédés à 75. 000 FCFA. Avec un autre ami commerçant, on partage le stand et ça nous revient à moins de 40 000 FCFA", ajoute Lamine, appelant à de tous ses vœux à "une prolongation de cette foire". Djily Diagne tient sa cantine à quelques jets de pierre de là. Selon lui, ce rendez-vous commercial représente "plus qu'une aubaine" pour les marchants ambulants. "Nous y trouvons notre compte. Le fait d'organiser la foire dans un quartier, les gens viennent par curiosité. En plus c'est très bien organisé avec des prix de stand très acceptables", souligne le jeune Djily, tout en dépoussiérant son étal à l'aide d'une serviette. Dans une autre ruelle attenante, des hommes et des femmes proposent toutes sortes d'encens avec tout l'arsenal de séduction correspondant. Des fumées se dégagent de petits fourneaux pour mieux attirer la clientèle avec l'odeur de l'encens et d'autres produits bien parfumés. "C'est une astuce pour attirer les clients. C'est une grande pub pour nous", rigole Khadyja non sans humour, entourée de quelques autres filles, avant de confier avoir fait de bonnes affaires depuis l'ouverture de cette foire début avril. Outre les commerçants locaux, plusieurs vendeurs étrangers exposent dans le cadre de cette foire, d'où l'appellation «foire de l'intégration africaine". Dr Hilarion, par exemple, vient du Bénin. Il propose une pharmacopée béninoise très prisée. "Je suis un généraliste dans la médecine béninoise. Je viens tout le temps à Dakar pour participer à ces genres de rendez-vous commerciaux", explique-t-il. Ce ressortissant béninois assure faire "de bonnes affaires" avec ses produits aphrodisiaques. Cette foire organisée à la Patte d'oie se veut une plateforme itinérante qui sera déplacée au fur et à mesure dans les autres communes d'arrondissement de la région de Dakar, explique Moustapha Mbaye, initiateur de cette foire. "Il y a des failles dans la politique de recasement des marchands ambulants. Nous avons créé cette foire qui est une continuité de cette politique de recasement pour les ambulants", dit-il. "Tous les mois nous débarqueront dans une commune de Dakar pour tenir une foire et permettre aux ambulants d'être quelque part", annonce M. Mbaye. Cette foire ouverte à des exposants de la sous-région, pourrait être décentralisée au niveau des régions de l'intérieur du pays dans le but de "trouver un moyen de venir en aide aux marchands ambulants", selon ses initiateurs.