Le PNLP vise la pré-élimination du paludisme en 2018

Télécommunications

Cet objectif vise à réduire la morbidité liée au paludisme pour atteindre le seuil épidémiologique de pré-élimination avec une réduction de 75% de la mortalité liée à la maladie, a expliqué le coordonnateur du PNLP, le docteur Mady Bâ, vendredi, au cours d'un point de presse. Selon M. Bâ, dans le cadre du nouveau plan stratégique du PNLP, cet objectif "de consolider des acquis de la pré-élimination dans la zone nord et d'assurer le contrôle de la maladie sur le chemin de la pré-élimination pour le reste du pays". "La pré-élimination est possible grâce à des interventions à efficacité prouvée comme la couverture de toute la population en moustiquaires imprégnées de longue durée d'action (MILDA), les aspersions intra-domiciliaires, le traitement des gîtes larvaires et les tests de diagnostic (TDR) rapide entre autres", a-t-il dit. Dans cette perspective, le PNLP compte sur une couverture en traitement de 80% des femmes enceintes et ambitionnent de traiter la totalité des cas confirmés de paludisme selon les directives nationales. Concernant les MILDA, a indiqué M. Bâ, "une grande campagne de couverture universelle sera lancée en 2016 à travers tout le territoire pour doter toutes les couchages de moustiquaires en même temps pour plus de pertinence de la stratégie". Le coordonnateur du PNLP a rappelé qu'un premier cycle de distribution a été initié de 2010 à 2013 pour couvrir toutes les 14 régions à travers une distribution par étape. Un deuxième cycle "a été entrepris pour arriver aujourd'hui à une couverture de 8 régions en tenant compte de la durée de vie des moustiquaires (3 ans)", a-t-il renseigné. "Aujourd'hui, il a été retenu de faire une distribution en même temps pour doter gratuitement toutes les familles de MILDA après un recensement des couchages dans les ménages pour plus de pertinence de la stratégie", a expliqué Mady Bâ. Pour cette campagne, le coût des 8.500.000 moustiquaires prendra 41% du budget global du plan stratégique évalué à plus de 82 milliards. Ce budget a été bouclé à hauteur de 70% avec un gap d'un million de moustiquaires, qui reste à combler pour la campagne de couverture universelle. La présidente du Cadre de concertation des partenaires pour la lutte contre le Paludisme (CCPLP), Yacine Diop Djibo, a elle lancé un appel pour l'engagement d'autres bailleurs dans la lutte contre le paludisme afin d'arriver à cette pré-élimination. "Nous demandons au secteur privé d'adhérer à la campagne +Zéro Palu ! Je m'engage+ en contribuant à l'effort national pour une couverture universelle en MILDA", a-t-il elle dit. La Journée mondiale de lutte contre le paludisme, célébrée le 25 mars, va marquer également les 20 ans du PNLP avec plusieurs activités de mobilisation prévues à Dakar et sur l'ensemble des régions. La JMP se tient sur le thème "Investir dans l'avenir, vaincre le paludisme". Elle vise à mobiliser les communautés pour accroître leur implication dans la lutte contre le paludisme, souligne les organisateurs.