Dakar sur la liste des principaux bénéficiaires de l'aide publique sud-coréenne

Economie

"Actuellement, le gouvernement coréen a fait un examen très favorable de cette coopération et décidé d'inscrire le Sénégal sur la liste des principaux bénéficiaires de son aide publique au développement", a expliqué le député sud coréen Mik Suk An, à la tête d'une délégation de parlementaires coréens au Sénégal. Mik Suk An s'entretenait avec des journalistes au sortir d'une séance de travail avec le président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse. Il était en compagnie de Yong Nam Kim, magistrat, ancien procureur et député ainsi que d'autres officiels coréens. Ce député qui en est à son troisième mandat au Parlement coréen, a salué "une coopération longtemps entretenue avec le Sénégal surtout dans le domaine parlementaire". Le chef de la délégation coréenne va tenir le même jour à Dakar une séance de travail avec des députés sénégalais "pour mieux identifier les axes de coopération et approfondir les échanges notamment autour du Plan Sénégal émergent (PSE)". Ce programme de développement dernièrement lancé par le gouvernement sénégalais est censé conduire le pays à l'émergence à l'horizon 2035. "Cette délégation parlementaire est venue pour travailler avec l'Assemblée nationale sur un programme mobilisateur dans le cadre de la mise en exécution des différentes strates et des composantes du PSE qui va recevoir le soutien de la Corée du sud", a pour sa part souligné le président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse. "En 1982, la République de Corée avait commencé à poursuivre une coopération qui avait démarré auparavant dans le cadre de son boom économique pour coopérer avec le Sénégal en matière de transfert de technologies, dans l'agriculture, l'élevage, la pêche et la protection de l'environnement", a rappelé M. Niasse, ancien ministre des Affaires étrangères. En 1985, lors de la création de la Banque africaine de développement (BAD), les autorités sénégalaises avaient proposé la candidature de Babacar Ndiaye à la présidence de cette institution qui venait de naître. A l'époque la Corée du Sud était "venue non seulement pour être membre non régionale de la BAD, mais aussi pour soutenir activement la candidature du Sénégal et contribuer à l'élection de Babacar Ndiaye comme premier président de l'institution financière", a ajouté M. Niasse.