Gestion des terres : un projet vise "l'action verte locale et scolaire"

Agriculture

De cette manière, ce projet sénégalo-japonais "répond aux contraintes relevées dans les zones affectées par l'érosion hydride, a-t-il expliqué récemment à des journalistes, au cours d'un voyage de presse dans la région de Fatick, une des zones d'intervention dudit projet. Ce voyage de presse est organisé en prélude de la Journée mondiale des forêts, dont la cérémonie officielle se tiendra samedi, à Fimela, sous la présidence du ministre de l'Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé. L'édition 2015 est axée sur le thème "Arbres, forêts et changement climatique". Selon son coordonnateur, ce Projet de renforcement des capacités pour le contrôle de la dégradation des terres et la promotion de leur valorisation dans les de sols dégradés s'appuie sur les services des Eaux-et-Forêts. Il dispose pour cela d'animateurs qui accompagnent à la base, pour une bonne mise en œuvre de ses activités, a précisé le colonel El Hadj Macodou Diagne. Dans le but d'arriver à une démulplication de ses activités, le projet CODEVAL "a jugé nécessaire de jeter les bases d'une collaboration" avec le projet d'amélioration de l'environnement scolaire pour sa phase II (PAES 2). Il s'agit de "mettre à profit le réseau scolaire à travers les comités de gestion d'école et les unions de comités de gestion d'école, les élèves et les enseignants pour une meilleure implication du système éducatif dans la lutte contre la dégradation des terres", a indiqué M. Diagne "A travers cette collaboration, nous voulons marquer la rupture d'avec l'approche traditionnelle qui consiste à apporter des financements aux bénéficiaires en vue de les faire participer à la mise en œuvre d'un projet", a-t-il dit. "Nous voulons les amener à intégrer des actions de prévention et de dégradation des terres dans leurs plans d'actions annuels respectifs, définis de manière autonome grâce à une capacité éprouvée de mobilisation de leurs propres ressources", a souligné le coordonnateur du CODEVAL. "Pour mettre en œuvre cette vision, afin que ces nouvelles structures intègrent la lutte contre la dégradation des terres dans leurs programmes d'école, une approche inclusive a été adoptée avec l'implication de tous les acteurs qui gravitent autour de la question", a souligné le colonel Diagne.