L'Etat est contre "la division du patrimoine" de la Suneor (Dionne)

Economie

"Nous nous opposerons à la division du patrimoine de la Suneor, qui a proposé à la société Copeol la vente des deux unités de trituration des usines de Koalack et de Ziguinchor, à 14 milliards de francs CFA. Nous disons : Non", a soutenu M. Dionne. Répondant à une série de "questions d'actualité" posées par les députés, à l'Assemblée nationale, le Premier ministre a dit que l'Etat va s'opposer au "démantèlement" de la société de fabrication d'huile. "L'instruction du président de la République est claire. A défaut de consolider la filière arachide, nous ne donnerons pas notre avis favorable à tout processus de démantèlement de ce qui existe déjà", a-t-il soutenu. L'hebdomadaire Jeune Afrique a révélé en fin février qu'Advens, l'actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais, et le groupe Avril (ex-Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole d'accord en vue de la cession de l'activité de trituration de la Suneor. Selon le journal, Copeol va reprendre les employés de l'usine de fabrication d'huile, en plus des sites de Kaolack et de Ziguinchor, dont la capacité totale de trituration s'élève à "400 mille tonnes". Copeol, un holding d'Avril, a déjà repris les actifs de l'ex-Novasen, le deuxième transformateur de graines d'arachide au Sénégal. Les sites de Diourbel, Dakar et Louga ne sont pas concernés par le protocole signé le 13 février, selon l'hebdomadaire basé à Paris. "Je vais être clair. Dans les prochains jours, je vais mettre en place une 'task-force' (NDLR : une équipe) chargée du soutien nécessaire de la filière. Je vais convoquer ici à Dakar M. Jabber. Ou il poursuit son investissement, ou il quitte. L'Etat n'autorisera pas la désorganisation de la filière" arachide, a insisté Mahammed Dionne. Abbas Jaber est le patron d'Advens. Des travailleurs de la Suneor étaient en grève le 23 février, pour dénoncer "la balkanisation" de la société de production d'huile. Ils ont sollicité vendredi l'implication du khalife général des mourides, Serigne Sidy Moctar Mbacké, dans la résolution des problèmes de l'entreprise. Une délégation des travailleurs a informé le guide religieux des risques de "balkanisation" de l'usine, lorsqu'elle a été reçue à Tawfekh (région de Louga) par le guide religieux, selon Thié Mbaye Ndiaye, le secrétaire général du Syndicat des travailleurs des industries des corps gras et activités similaires du Sénégal.