L'ITA cherche 600 millions FCFA pour créer un laboratoire d'analyse agro-alimentaire+++Envoyé spécial: Mohamed Tidiane Ndiaye+++

Economie

Nous avons initié un projet de création d'un laboratoire qui couvrirait toute la sous-région. A l'image du port autonome de Dakar qui couvre beaucoup de pays et à l'image du nouvel aéroport Blaise Diagne, nous voulons mettre sur pied un véritable hub de recherche et d'analyse en matière agro-alimentaire, a expliqué M.Seck. Le directeur de l'ITA, qui participe au 52-ème Salon international de l'agriculture (SIA) à Paris, a confié à l'APS avoir rencontré plusieurs partenaires. Avec l'Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), l'ITA est l'autre structure qui s'occupe de recherche et d'analyses agro-alimentaires au Sénégal. Son travail est axé notamment dans la transformation des produits locaux avec un accent sur l'homologation pour une meilleure promotion du label sénégalais. Ses produits sont exposés au stand du Sénégal au SIA. Ce laboratoire va coûter 600 millions de francs CFA. Nous avons fini les études de faisabilité et les équipements sont identifiés. Tout est fin prêt pour nous lancer dans la mise en œuvre de ce projet de création d'un laboratoire sous-régional, a assuré M. Seck. L'objectif, selon lui, est de capter le flux d'argent qui quitte le Sénégal pour faire des analyses en Europe, mais également à capter le flux d'argent qui quitte les autres pays de la sous-région. Il a dit avoir noué beaucoup de contacts, au SIA, notamment avec les instituts de recherche d'autres pays comme l'Institut français de recherches agronomiques, des structures similaires venant de la Côte d'Ivoire, du Mali et même de la Bulgarie qui est un pays à forte production de lait. Nous allons renforcer la coopération en matière de recherche agro-alimentaire avec des pays de l'Afrique d'abord comme le Mali. Il y a plusieurs pays de l'Afrique de l'Ouest notamment qui viennent au Sénégal pour bénéficier de notre expérience, d'où la nécessité de renforcer la coopération sud-sud avant d'aller ailleurs vers les pays du Nord, a poursuivi Mamadou Amadou Seck. Le SIA 2015 s'est ouvert le 21 février, en présence du président français François Hollande. Il sera clôturé ce dimanche. L'élevage, la gastronomie, les filières végétales, les métiers et services de l'agriculture sont au rendez-vous de ce salon, où sont représentés toutes les régions de France et de nombreux pays. Le Sénégal y participe pour la 14ème fois. Il est représenté par une quarantaine d'exposants encadrés par une délégation pilotée par l'Union nationale des chambres de commerce, d'industrie et d'agriculture (UNCCIAS) en partenariat avec le ministère de l'Agriculture et de l'Equipement rural, ainsi que plusieurs autres structures d'appui