Des députés veulent prévenir la malédiction ds matières premières

Economie

Au regard des enjeux du secteur, "il nous faut être vigilant pour une bonne gestion" de matières premières, "pour nous éviter ce qu'on a appelé ailleurs, la malédiction des matières premières. Nous sommes vraiment conscients des enjeux", a-t-il déclaré. "Au Sénégal, jusqu'ici, on était dans les phosphates, mais aujourd'hui, on a eu l'or et le zircon dont l'exploitation a démarré et demain ce sera le pétrole", a dit Mamadou Lamine Diallo, à l'ouverture d'un atelier organisé par le RPBGRM pour l'élaboration et la validation de son cadre d'intervention et de son plan d'action. Cet atelier a pour objectif d'inciter à la prise en compte des propositions des parlementaires dans les politiques de développement et de gestion des ressources minières. Il en ressortira une feuille de route du RPBGRM, un réseau de parlementaires mis en place en octobre 2014. Ce document devrait contribuer à renforcer les capacités des parlementaires pour une gestion durable et transparente des ressources ainsi qu'une "répartition juste et équitable" des retombées, en vue de la préservation de la paix et de la cohésion sociale et pour un développement durable. "Lorsque nous nous réunissons et que nous arrivons à avoir des consensus forts, nous pouvons agir sur les politiques, dans un dialogue fécond avec l'exécutif pour arriver à faire des choses qui devront avoir nécessairement un impact sur les populations et je suis optimiste parce que nous sommes déterminés à le faire de manière méthodique et résolue", a soutenu Mamadou Lamine Diallo. La gestion des ressources minières est une problématique "très sensible" en raison notamment de préoccupations relatives à un "juste partage" des ressources financières qui en sont tirées, a-t-il indiqué. Selon Elimane Kâne, responsable du programme "Gouvernance" d'Oxfam Sénégal, qui appuie le RPBGRM, a lui rappelé la nécessité d'une bonne gouvernance dans la gestion des ressources naturelles par la transparence et la redevabilité. "Compte tenu des nouveaux enjeux au Sénégal sur la question des ressources minières, sur lesquelles le Plan Sénégal émergent (PSE) mise beaucoup pour assurer la croissance inclusive qui est annoncée (…), il est important d'approfondir la stratégie d'intervention", a indiqué M. Kane. "Nous voulons qu'un nouveau leadership, surtout légitime, puisse prendre en charge ces questions. Et l'initiative des parlementaires, qui est arrivée à son heure, est une initiative heureuse", a souligné le responsable d'Oxfam Sénégal.