Macky Sall invité à trouver des solutions rapides au trafic de bois vers la Gambie +++ Envoyé spécial : Amadou Sarra Bâ +++

Agriculture

"Le phénomène commence à prendre des proportions inquiétantes. Nous vous invitons à trouver des solutions rapides à ce phénomène qui perturbe nos plans d'aménagements", a-t-il plaidé lors de la Journée nationale de la foresterie qui se tenait dans la capitale du Fouladou. Cette manifestation portait sur le thème "Gérer les forêts, c'est garantir l'émergence". "Au début, le phénomène se limitait aux régions de Ziguinchor, de Kolda et de Sédhiou. Mais aujourd'hui la fraude s'est installée dans la région de Tambacounda", a renseigné le président de l'UNCEFS. Des non-nationaux sont à l'origine de "ce trafic frauduleux" consistant à troquer 30 troncs d'arbre contre une moto "Jakarta", a-t-il affirmé, signalant qu'il est "formellement interdit aux nationaux d'exporter des produits ligneux réservés à la consommation nationale". "Après avoir traversé la frontière, ces billons sont sciés sous forme de planches et convoyés dans des conteneurs et acheminés vers leur pays d'origine. Pour préserver nos relations fraternelles avec ce pays, ces pratiques ne doivent plus être tolérées par les plus hautes autorités de ce pays", a martelé Abdoulaye Sow. Aussi le président de l'UNCEFS s'est-il félicité du recrutement de 38 agents des eaux-et-forêts, avant de saluer l'affectation de véhicules aux différents secteurs forestiers. Il a estimé cependant qu'il en faut davantage pour lutter contre l'agression de la forêt au niveau de la frontière avec la Gambie.