Un universitaire appelle les pays du continent à s'unir pour peser davantage

Présidence de la République

L'Afrique "gagnerait à se mettre ensemble pour avoir un poids et poser devant la Chine, l'Union européenne et les Etats-Unis. Mais, ce n'est pas encore le cas. L'Afrique doit vraiment pouvoir elle aussi s'organiser pour défendre ses intérêts (…). Il faut que l'Afrique se réveille et qu'elle prenne ses responsabilités face l'histoire", a-t-il notamment indiqué dans un entretien avec l'APS. Selon M. Diouf, qui a enseigné 25 ans durant à l'Université de Genève (Suisse), les dirigeants africains doivent prendre leur responsabilité et créer "une véritable union" pour mieux faire face aux grandes puissances et aux extrémismes de toutes sortes. "Il faut que les dirigeants africains prennent leur responsabilité historique pour construire une véritable Union africaine, capable de réagir chaque fois qu'elle est menacée, chaque fois qu'elle est agressée que ce soit sous forme d'extrémisme idéologique, religieux ou même économique face aux grandes puissances qui en général ne travaillent que pour la défense et la promotion de leurs propres intérêts" a-t-il estimé. Pour M. Diouf, également enseignant à l'Institut des droits de l'Homme et de la paix de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), l'Union africaine (UA), en tant qu'institution, "a de grandes lacunes, il faut le reconnaître, puisqu'elle ne se donne pas les moyens de sa politique". "C'est clair", a-t-il insisté, avant de souligner que les dirigeants du continent peinent encore à comprendre l'importance de se mettre ensemble face aux enjeux du moment. "Nous avons des leaders qui n'ont pas encore pris suffisamment conscience de l'importance de se mettre ensemble malheureusement, et se mettre ensemble ne veut pas dire s'autodétruire ou s'auto-dévaluer. Non, ce n'est pas ça du tout", a expliqué Pape Ndiaye Diouf. "On peut garder des rôles importants au niveau des pays tout en créant une institution à caractère régional. Comment peut-on lutter contre des terroristes qui sont dès fois très bien armés avec des gens qui ont parfois un niveau de formation assez élevé dans certains cas, malheureusement, et qui sévissent contre les populations", a-t-il ajouté. Le professeur Diouf est l'actuel président de la commission "aménagement du territoire et planification" du conseil départemental de Kaolack (centre).