PSE : Lagarde invite Dakar à apprendre des success-stories

Economie

S'exprimant devant les députés à l'Assemblée nationale, dans le cadre de la visite de trois jours qu'elle effectue au Sénégal depuis jeudi, Mme Lagarde a dégagé trois enseignements essentiels à prendre en considération. Elle souligne qu'il faut premièrement mettre l'accent sur une gestion budgétaire prudente et la stabilité macroéconomique [...]. La deuxième chose à ne pas perdre de vue, c'est aussi d'accroître les exportations en s'ouvrant à l'investissement direct étranger, a-t-elle suggéré. Pendant les épisodes de croissance, la plupart des pays ont accru leurs exportations de manière spectaculaire, a-t-elle expliqué. Selon Christine Lagarde , cette expansion était soutenue par une augmentation considérable de l'investissement direct étranger, variant en moyenne de 1 % à 4 % du Produit intérieur brut (PIB). Les mesures destinées à améliorer le climat des affaires et faciliter la croissance de petites et moyennes entreprises compétitives à l'échelle mondiale ont également contribué à cette augmentation, a relevé la directrice générale du FMI. Le renforcement des institutions et le développement du capital humain est le troisième axe sur lequel il faut agir, a poursuivi Mme Lagarde. Un taux de croissance ambitieux n'est pas un objectif en soi. Il doit aussi conduire à une augmentation du bien-être de la population -de toute la population. Il ressort de l'expérience internationale que lorsque cette dimension importante est négligée, les résultats peuvent être catastrophiques, a-t-elle averti. Elle a aussi prévenu que l'absence de perspectives d'emploi et l'investissement limité dans le capital humain peuvent entraîner des déséquilibres croissants des revenus entre les zones rurales et urbaines. La bonne nouvelle, c'est que tous les ingrédients essentiels au succès sont en place. Le gouvernement dispose d'un solide programme de développement et il existe un consensus parmi les parties prenantes sur la nécessité d'opérer des réformes. La communauté internationale partage la vision des autorités et a déjà promis un financement de plus de 7 milliards de dollars [plus de 4.000 milliards FCFA], a précisé la directrice générale du FMI.