L'opération AMLEP n'a pas constaté d'activités liées à la pêche illicite (armée)

Economie

Nous avons lancé un dispositif de sécurité depuis quelques jours au niveau des côtes maritimes. Nous avons mené des opérations de vérifications dans les navires en haute mer, mais aucune activité dénotant une pêche illicite, non règlementée ou non déclarée n'a été constatée, a notamment dit M. Diaw. Il représentait l'Etat-major des Armées à la conférence de presse sur les opérations African maritim law program (AMLEP), tenue le même jour à la base navale de Dakar. L'AMLEP met l'accent sur le contrôle et la maîtrise de toutes les activités maritimes dans la totalité de la zone économique exclusive sénégalaise, y compris les eaux intérieures (…) dans le but d'y interdire toutes les activités illégales ou illicites. Cette troisième édition est organisée avec la participation des marines et garde-côtes américains, de la marine nationale, de l'Armée de l'air, des douanes et de la Direction de la protection et de la surveillance des pêches du Sénégal. Nous avons observé 70 navires par voie maritime et 74 autres navires par voie aérienne. Au total, une trentaine de navires ont été inspectés, mais aucune infraction liée à la pêche illicite ou autre n'a été décelée au cours de cette opération de quelques jours, a poursuivi M. Diaw. Cet état de fait a été confirmé par la Direction de la protection et de la surveillance des pêches du Sénégal, qui note une nette amélioration dans la régénération de la pêche halieutique. Selon le capitaine de frégate Malick Ndiaye, un responsable de la Direction de la protection et de la surveillance des pêches, depuis un certain temps, un dispositif très corsé a été mis en place pour éviter que certains navires mènent des pratiques illégales, non règlementées et non déclarées dans nos eaux. Ce qui fait que nous avons noté beaucoup d'améliorations dans la régénération de la ressource halieutique, a-t-il expliqué. La marine et les gardes-côtes américains, qui ont participé aux différentes opérations de surveillance dans les côtes sénégalaises, ont promis d'étendre leurs activités dans la sous-région. Les efforts fournis ont permis de couvrir pas moins de 17 000 kilomètres carrés dans les eaux de pays ouest africains ou d'Etats partenaires (…) nous n'écartons pas l'idée d'élargir notre champ d'intervention pour renforcer la coopération avec les pays de l'Afrique de l'Ouest dans le domaine de la sécurisation des espaces maritimes, a assuré le Commandant Matthew Flemming, officier en charge des missions navales dans la marine américaine.