Vers le lancement d'un collecteur de données atmosphériques et océanographiques

Agriculture

Cette bouée présentée comme "unique en son genre, dans la sous-région" ouest-africaine, a été présentée lundi à un public comprenant des journalistes, au port de Dakar. Le recteur de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), Ibrahima Thioub, et des responsables de l'Institut de recherche pour le développement (IRD), un organisme français, étaient également présents. La bouée, d'un coût de 65 millions de francs CFA, a été acquise grâce au programme de recherche "PREFACE" impliquant des pays africains et européens. Elle sera déployée dans l'océan, à 30 kilomètres de la côte de Mbour. Selon Alban Lazar, un scientifique français du Laboratoire mixte international d'études du climat d'Afrique de l'Ouest ("ECLAIRS"), elle est équipée de "capteurs océanographiques et météorologiques". La bouée servira à collecter des données atmosphériques (vent de surface, radiations solaires, humidité et pluie) et océanographiques (salinité, oxygène, etc.), a indiqué M. Lazar. Selon lui, cet outil permettra aussi de "corriger certaines erreurs de simulation sur le climat en Afrique de l'Ouest". "La plupart des mesures seront relayées en temps réel par satellite, jusqu'aux laboratoires d'+ECLAIRS+ et des centres internationaux de suivi météorologique. Les scientifiques les exploiteront pour comprendre et prédire les perturbations du climat (…) et seront accessibles au grand public en ligne (par Internet)", a ajouté Alban Lazar. Le recteur de l'UCAD a magnifié "la belle coopération" entre l'IRD et le Laboratoire de physique de l'atmosphère et de l'océan (LPAOSF) – de l'Université Cheikh Anta Diop. Aussi a-t-il salué "le travail important" qui sera fait à l'aide de la bouée, en vue d'une meilleure compréhension du changement climatique en Afrique de l'Ouest.