Abdoulaye Baldé annonce "2500 emplois verts directs" à partir de février

Agriculture

"La ligne de financement vert mise en place est constituée, par projet, d'une subvention de 70%, pour prendre en charge les investissements, et d'un prêt de 30% remboursable sans intérêt, servant de fonds de roulement pour alimenter les activités", a-t-il expliqué, ajoutant que l'ensemble de ces projets devrait générer environ 2500 emplois verts directs. Le ministre de l'Environnement et du Développement durable présidait jeudi, à Dakar, la cérémonie de lancement du projet "Un foyer, Une poubelle", mis en œuvre par l'Entente féminine des SICAP, une association regroupant des femmes des quartiers dakarois du même nom. M. Baldé a remis symboliquement aux membres de l'association 720 poubelles, fabriquées avec du plastique recyclé pour contribuer à la promotion des sachets biodégradables. "Cette cérémonie est le lancement officiel d'une opération qui sera renouvelée progressivement sur la base du financement accordé au projet d'un montant de presque 20 millions de francs CFA", a-t-il fait savoir, avant de se réjouir de cette initiative, selon lui une alternative à l'utilisation de sachets plastiques biodégradables. Le ministère de l'Environnement et du Développement durable compte contribuer à la politique de plein-emploi du gouvernement en favorisant des activités ayant "un fort impact en termes de création d'emplois et de gestion des ressources naturelles", a indiqué Abdoulaye Baldé. Selon lui, le projet des emplois verts identifie six filières prioritaires, à savoir la foresterie, les déchets, l'énergie, la gestion du cadre urbain, l'aquaculture et l'écotourisme. Les éco-activités développées vont concerner le recyclage et le tri des déchets. Le volet relevant de la gestion des déchets "se détache du lot et regroupe 9 des 20 projets du premier lot réparti entre Dakar, Thiès, Bambey, Gossas, Bignona et Kédougou. C'est donc vous dire que c'est une préoccupation nationale", a-t-il indiqué. Revenant sur les activités de l'Entente féminine des SICAP, Abdoulaye Baldé a salué l'option de cette association consistant à inculquer aux ménages, "la culture de la gestion de l'environnement par un meilleur conditionnement des ordures ménagères dans un contenant, la poubelle (...). "Cela va contribuer au développement de l'écocitoyenneté, un credo de notre politique environnementale. Il faut former des éco-citoyens, c'est un mot d'ordre que nous devons tous appliquer", a estimé le ministre. Le programme de renforcement et de consolidation des acquis (PRCA), financé par le royaume des Pays-Bas, comprend 20 projets dont celui de relatif à la promotion des emplois verts qui vise à contribuer à la lutte contre la pauvreté et à la gestion durable de l'environnement dans les zones agro-écologiques du Sénégal. Un processus de sélection a permis de retenir un premier lot de 20 projets dont "Sétal Sama Keur, Sétal Sama Gox", les dix-neuf autres étant répartis entre les régions de Thiès, Fatick, Diourbel, Kaolack, Sédhiou, Kédougou et Ziguinchor. Il a félicité ces femmes "pour la qualité de l'approche de promotion inclusive des emplois verts" qui leur a permis de bénéficier de ce financement. "Je salue, en outre, l'engagement de votre association à former, éduquer, informer, communiquer, encadrer, lutter contre la féminisation de la pauvreté, l'analphabétisme, le chômage des jeunes, établir l'éveil citoyen, promouvoir la gestion de l'environnement et le développement durable dans les SICAP", a déclaré Abdoulaye Baldé. "C'est en ce sens que je loue votre initiative et votre motivation à prendre en charge, aux côtés de votre collectivité locale, la gestion des déchets à la source, c'est-à-dire dans les ménages", a indiqué le ministre de l'Environnement et du Développement durable. Selon Abdoulaye Baldé, il ressort du rapport de suivi de la pauvreté au Sénégal, publié en 2011, que "les jeunes femmes sont les plus touchées par le chômage". "Parmi les réponses apportées par le gouvernement du Sénégal, pour faire face à cette situation, figure les emplois verts qui constituent la dimension sociale de l'économie verte", a-t-il soutenu.