Gestion des marchés publics: l'ARMP forme plus de 2.000 cadres par an (DG)

Economie

L'ARMP dispose d'un vaste programme de formation. Nous formons dans l'année entre 2.000 et 2.500 personnes. Ces personnes nous viennent des ministères, des directions nationales, Des agences, du secteur privé, de la société civile, a notamment dit M. Niang. Il s'exprimait lors de la cérémonie officielle d'ouverture d'un séminaire de mise à niveau à l'intention des cadres et d'agents du ministère du Renouveau urbain, de l'Habitat et du Cadre de vie. Cette session de formation de deux jours, qui se déroule dans les locaux de l'institution de régulation, va permettre aux cadres de ce département de mieux maîtriser les enjeux de passation des marchés publics. Présidant la cérémonie d'ouverture, le ministre du Renouveau urbain, de l'Habitat et du Cadre de vie Diène Farba Sarr, s'est félicité de cette formation qui va renforcer et réajuster les compétences et connaissances des agents qui seront formés sur les aspects nouveaux de la règlementation, à savoir l'accord-cadre, l'offre spontanée et la DRP compétitive. Le directeur général de l'ARMP a signalé un programme de formation bien coordonné qui part de la préparation à l'attribution et l'exécution en passant par le suivi des marchés. Il s'est réjoui de l'intérêt de l'administration publique d'outiller leur personnel aux règles de procédure de passation des marchés publics. Aujourd'hui, c'est le ministère du Cadre de vie, mais dès la semaine prochaine, nous allons engager une nouvelle formation avec la Cour d'appel dont le premier président nous a saisis en nous disant que les magistrats aussi sont intéressés à comprendre correctement les procédures de passation de marchés, a confié Saer Niang. Dans l'exécution des marchés publics, a-t-il poursuivi, naissent souvent beaucoup de contentieux. Nous prenons connaissance de ces contentieux à travers le comité de règlement des différends, une cellule logée à l'ARMP. Mais il y a aussi des contentieux qui atterrissent au niveau du tribunal (…). Il est important que les magistrats puissent se saisir de ces questions et les traiter pas en tant que magistrats seulement, mais aussi en experts sur les marchés publics, a-t-il expliqué. Selon lui, ces modules de formation qui sont axés sur les différentes formes de marchés (prestations intellectuelles, travaux de fourniture et services) ont une forte amélioration dans le domaine de la gestion des marchés publics. Aujourd'hui le Sénégal fait partie des pays les plus en avance en termes de célérité, d'absorption de crédits et de conformité aussi. Et la formation en est pour beaucoup, a-t-il affirmé.