La croissance sénégalaise devrait dépasser 4,5% en 2014 (Amadou Bâ)

Economie

"Nous tablions sur une croissance de 4,5% et Dieu merci, nous l'atteindrons et il est même question que ce taux soit dépassé", a-t-il déclaré lors d'un point de presse. "Cela nous réconforte d'autant plus que le Sénégal n'a pas réalisé une croissance aussi élevé depuis une dizaine d'année", a-t-il dit lors de cette rencontre avec les journalistes. Celle-ci sanctionnait la fin de sa visite des stands des services relevant du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan, à l'occasion d'une journée dédiée à ce département, dans le cadre de la 23e édition de la Foire internationale de Dakar (FIDAK). Les services compétents du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan "donneront des chiffres très précis au mois de janvier 2015", pour mieux rendre compte de cette nouvelle donne, a annoncé Amadou Bâ. "Nous avons bien terminé l'année 2014 et du point de vue de la mobilisation des ressources, elle va être excédentaire avec une parfaite maîtrise des dépenses", a-t-il dit, précisant que cela a d'ailleurs engendré une deuxième loi de finances rectificatives pour régler un certain nombre de questions. L'année 2015 sera "extrêmement importante" pour le ministère de l'Economie, des Finances et du Plan, a indiqué Amadou Bâ, selon qui ce département est en pleine mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE), nouveau référentiel des politiques publiques au Sénégal. Dans cette perspective, le Budget national "a été totalement remanié et a fait l'objet d'un diagnostic sans complaisance", a-t-il dit. "Les investissements ont été bien identifiés et il ne reste plus qu'à mettre en œuvre la volonté clairement exprimée du chef de l'Etat, Macky Sall, concernant le PSE, a expliqué le ministre de l'Economie, des Finances et du Plan. "D'ores et déjà, nous nous attelons à la mobilisation des ressources, mais aussi à l'accompagnement de l'ensemble des cadres sectoriels pour dérouler les projets et engager les réformes nécessaires du PSE", a encore dit M. Ba. Selon lui, 10 mois après la rencontre du Groupe consultatif de Paris, des "investissements importants" ont été consentis pour près de 45 milliards de francs CFA, dans le cadre de la première loi de finances rectificative. Il a assuré de la disponibilité de crédits pour la construction de 2 universités, du Parc industriel de Diamniadio, de l'autoroute Somone-Mbour, de la route des Niayes et d'un ensemble d'autres projets qui vont démarrer au courant de l'année 2015. De même, la première pierre de l'autoroute Thiès-Touba "sera posée incessamment par le chef de l'Etat", Macky Sall, a annoncé le ministre de l'Economie, des Finances et du Plan.