La FIDAK est une vitrine pour relever les défis de la sous-région (PM)

Economie

Au-delà des échanges commerciaux, la FIDAK doit servir de lieu d'échanges également sur les problématiques actuelles et défis de la sous-région et du monde, a notamment dit le Premier ministre qui procédait à l'ouverture officielle de la 23ème FIDAK. Prévue du 18 au 29 décembre, la FIDAK est officiellement lancée vendredi au Centre international pour le commerce extérieur du Sénégal (CICES). Outre le Premier ministre, plusieurs membres du gouvernement dont Alioune Sarr (Commerce), Abdoulaye Diouf Sarr (Tourisme), Khadim Diop (NEPAD et Intégration) ou encore Mankeur Ndiaye (Affaires étrangères) ont pris part à la cérémonie. Des députés, des élus locaux, des experts nationaux et étrangers, des exposants et acteurs commerciaux ont aussi participé à la rencontre. La délégation du Nigéria, pays d'honneur pour la présente édition, a été très visible. Conduite par le ministre du Commerce et des investissements Olusegun Olutoyin Aganga qui a ouvert le bal des allocutions officielles, cette délégation vise à travers cette FIDAK à mieux booster les échanges avec le Sénégal. Nous avons plusieurs experts qui viennent des pays de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) qui vont participer à la foire dont le thème est +l'intégration régionale, levier clef pour le développement+, a déclaré le Premier ministre sénégalais. Il a salué la présence massive des exposants du Nigéria et promis un renforcement des relations commerciales avec ce pays considéré comme l'une des toutes premières puissances économique du continent africain. Le Nigéria, c'est 60% du commerce régional et 79% des exportations dans l'espace communautaire. Il nous faut renforcer aussi le commerce intra-régional qui reste très faible et qui stagne à 10% seulement depuis 2010, a souligné le chef du gouvernement. Moins d'une dizaine de pays réalisent le commerce intra-régional en Afrique subsaharienne. Il nous faut une politique de renforcement des capacités productives dans tous les pays concernés, a lancé Mahammad Boun Abdallah Dionne.