Le CPF, l'organe de veille de la Francophonie

Présidence de la République

Ses missions consistent à "veiller à l'exécution des décisions prises par la CMF", à "examiner les propositions de répartition du Fonds multilatéral unique (le budget)" et à "exercer un triple rôle d'animateur, de coordonnateur et d'arbitre", précise le site Internet de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). La préparation des travaux du CPF est assurée par quatre commissions spécialisées, qui sont constituées de délégués des États et gouvernements membres de l'OIF. Le CPF, chargé de la préparation et du suivi du sommet de l'OIF, "est présidé par le secrétaire général de la Francophonie". Il est "composé des représentants personnels dûment accrédités par les chefs d'Etat ou de gouvernement participant aux sommets" de l'organisation. "Aussi souvent que nécessaire, le secrétaire général réunit le CPF en session extraordinaire ou convoque des comités ad hoc consultatifs restreints", indique le site Internet de l'OIF. Le 15e sommet de la Francophonie prévu à Dakar samedi et dimanche prochains doit permettre aux chefs d'État et de gouvernement de l'OIF de définir les prochaines orientations de l'organisation, statuer sur l'admission de nouveaux pays membres et élire le prochain secrétaire général. Un nouveau secrétaire général de l'OIF doit être élu lors du sommet de Dakar, le deuxième qu'organise le Sénégal, après celui de 1989. Cinq candidats sont en lice pour succéder à Abdou Diouf, qui a exprimé le souhait de passer la main. Il s'agit de Michaelle Jean du Canada, de Jean-Claude De L'Estrac de l'Ile Maurice, de Pierre Buyoya du Burundi, de Henri Lopes du Congo et de Augustin Nze Nfumu de la Guinée Equatoriale. "Femmes et jeunes en Francophonie : vecteurs de paix et acteurs de développement" est le thème de la rencontre de Dakar.