Arrivée à Ougadougou de Ould Abdel Aziz, président en exercice de l'UA+++Envoyé spécial : Amadou Samba Gaye+++

Présidence de la République

Le lieutenant-colonel Zida, désigné par l'armée pour conduire la transition au Burkina Faso, après la fuite du président Compaoré, a récemment rejeté l'ultimatum posé par l'UA à l'armée burkinabé pour qu'elle rende le pouvoir aux civils. Le 3 novembre, l'UA avait donné deux semaines aux autorités militaires, pour passer la main à un gouvernement intérimaire civil. Un avant-projet de Charte de la transition, validé dimanche soir soir par l'opposition, la société civile et les organisations coutumières et religieuses du Burkina Faso, devraient être remis dans les heures qui suivent aux responsables de la transition. Ceux-ci ont annoncé la tenue d'une plénière au cours de laquelle le document allait être validé avec les autres composantes du pays. La Charte, adoptée à l'unanimité par l'opposition et la société civile réunies dimanche à Ouagadougou, doit servir de cadre à une transition d'un an maximum. Celle-ci doit s'ouvrir à compter de l'investiture de la future autorité civile qui va hériter du pouvoir. Le Burkina Faso, 17 millions d'habitants, est dirigé depuis le 31 octobre dernier par le lieutenant-colonel Zida, qui a promis de remettre rapidement le pouvoir aux civils en vue de conduire la transition.