Burkina : le projet de Charte sera remis à l'armée ce lundi +++ Envoyé spécial : Amadou Samba Gaye +++

Présidence de la République

L'annonce a été faite par le professeur Luc Obriga, juriste et enseignant à l'université de Ouagadougou, peu après l'adoption du document dans un bâtiment administratif situé non loin du Conseil économique et social (CES), quartier général du lieutenant-colonel Zida, désigné par l'armée après le départ de M. Compaoré qui s'est réfugié en Côté d'Ivoire. M. Obriga a toutefois indiqué que l'opposition et la société civile ignoraient encore à quelle heure la Charte allait être remise au lieutenant-colonel Zida. Ce dernier doit recevoir le président en exercice de l'Union africaine (UA), le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, attendu à Ouagadougou vers 10 heures. Il a ajouté que les militaires ont annoncé la tenue d'une plénière au cours de laquelle le document allait être validé avec les autres composantes du pays. La Charte, adoptée à l'unanimité par l'opposition et la société civile réunies dimanche à Ouagadougou, doit servir de cadre à une transition d'un an maximum. Celle-ci doit s'ouvrir à compter de l'investiture de la future autorité civile qui va hériter du pouvoir. Le Burkina Faso, 17 millions d'habitants, est dirigé depuis le 31 octobre dernier par le lieutenant-colonel Zida, qui a promis de remettre rapidement le pouvoir aux civils en vue de conduire la transition. La communauté internationale, en particulier l'Union africaine, presse les nouvelles autorités militaires du pays d'aller dans ce sens. Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 27 ans, après l'assassinat du président Thomas Sankara, a été poussé à la démission par une insurrection populaire contre son projet de modification de l'article 37 pour briguer un nouveau mandat à la tête du pays.