Saint-Louis : des artistes de la diaspora abordent le "Mythe de Tougueul"

Genre

A travers cette exposition, nous abordons la thématique de la migration, a dit Abdou Sow qui, après plusieurs années passées en Europe, se dit avoir la légitimité pour parler de son expérience et faire comprendre à ses compatriotes que ce continent n'est pas l'eldorado tant véhiculé par une certaine opinion du monde occidental. Les deux artistes, qui sont établis en Belgique, ont mis en place ce projet artistique qui a un volet pictural et un autre théâtral avec le spectacle de l'un d'eux, Abdou Sow, "Les mains vides" dont la projection est prévue vendredi à l'Institut français. Abdou Sow a remercié les responsable des deux institutions culturelles de la région qui ont cru en eux sans avoir même eu une grande connaissance de leur potentiel et en leur faisant confiance pour organiser ces deux événements dans le cadre du programme "Off" de la 11ème Biennale de l'art africain contemporain africain (Dak'Art, 8 mai-9 juin). Pour sa part, le directeur du centre culturel de saint-Louis, Moustapha Ndiaye, a salué l'initiative de ces deux artistes qui ont eu aussi à encadrer des élèves pour les initier à la création artistique, une façon d'éveiller en eux le talent qui dort. Il s'agit également pour les organisateurs, à travers ces enfants, de semer les graines du futur et de pérenniser l'art à travers ce projet qui a été développé à Kaolack, Dakar et Saint-Louis. Il sera aussi déroulé à Bruxelles et Abdou Sow espère avec la poursuite de ce partenariat qui n'est qu'un début. Quant au préfet du département, Alioune Badara Samb, il est revenu sur la place qu'occupe la ville de Saint-Louis dans le domaine artistique pour se féliciter de ce vernissage regrettant au passage de ne pouvoir fréquenter très souvent ces milieux artistiques pour détresser. Il s'est également réjoui de l'implication des élèves dans ce projet.