Cinéma africain : un professionnel souligne le caractère incontournable de la formation

Genre

C'est ma conviction que tout pays qui souhaite participer au processus de réalisation de films, (…) doit pouvoir veiller à ce qu'il y ait des professionnels formés dans ce domaine, et pas seulement des scénaristes et réalisateurs, mais aussi des professionnels techniques tels que les monteurs de son ou encore des producteurs, a-t-elle dit dans un entretien accordé à l'APS. Selon elle, sans formation on ne peut pas parler de développement du cinéma africain. Il y aura toujours cinémas africain, mais majoritairement produit et édité à l'étranger, a-t-elle estimé, avant de relever les nombreuses contributions que Seagull Films compte apporter au Sénégal. Les formations que nous voulons mettre en place peuvent aider les cinéastes locaux à apprendre comment naviguer dans le paysage cinématographique en dehors de système français, car avec l'état actuel de la technologie, de l'auto-distribution, du financement participatif, du streaming en ligne, il y a plusieurs façons de faire des films à coût réduit, a-t-elle soutenu. Elle a souligné être en discussion avec des structures cinématographiques comme Toronto film Festival, ou encore l'école de cinéma de l'Université de Colombie qui pourraient s'installer au Sénégal. Pour Mme Verlotsky, la connaissance de la culture cinématographique est importante. Et nous prévoyons certainement d'apporter de nombreux ateliers d'étude de films (…) et permettre aux cinéastes de les analyser (…) ce qui sera un plus pour le programme, notamment avec la réalisation de films indépendants, a-t-elle déclaré. Le principal partenaire de Seagull Films pour concrétiser ses ambitions est la Direction de cinéma du Sénégal et son Directeur Hugues Diaz avec qui elle partage la même vision sur l'importance de la formation dans le domaine cinématographique, a-t-elle précisé. Il s'agira également, avec cette direction, de mettre en place un système de distribution des derniers films américains avec des projections permanentes à Dakar, mais aussi dans la banlieue, et ainsi contribuer à diversifier la scène cinématographique au Sénégal. Seagull Films a noué d'autres partenariats avec notamment la revue Afrikadaa, le Festival du film l'image de Vie, Christa cinéma avec qui notre société compte explorer d'autres idées intéressantes dans le domaine du cinéma, a-t-elle conclu.