Vers une redynamisation de la coopération entre la MENA et l'APS

Genre

Je suis venu pour voir comment on peut faire évoluer les relations entre les deux pays et la coopération dans le domaine des médias. On a besoin de donner une nouvelle impulsion aux relations entre l'APS et la MENA, notamment dans le domaine de la formation et de la technologie, a confié M. Maher. Ce dernier était en visite dans les locaux de l'APS. L'APS et la MENA peuvent avoir des relations de coopération, et ce sera mieux pour mieux connaître la réalité dans les deux pays. C'est très important d'avoir des sources d'informations qui reflètent la réalité des choses, a justifié le diplomate égyptien, en présence du Directeur général de l'APS. Outre l'échange d'informations, les contours de la future coopération entre la MENA et l'APS devraient aussi toucher la formation et les échanges de technologie. Le Directeur général de l'APS s'est réjoui de cette perspective qui se dessine, avant de formuler des vœux ardents pour que l'Egypte retrouve la stabilité et toute sa place en Afrique. Pour sa part, le chargé des partenariats à l'APS, Déthié Faye, a indiqué que l'agence nationale attendait beaucoup de cette coopération, soulignant la nécessité pour les deux agences de nouer une coopération. Le coordonnateur de la rédaction de l'APS, Cheikh Tidiane Ndiaye, s'est lui appesanti sur l'organisation et le fonctionnement de l'Agence de presse sénégalaise. D'après lui, l'APS produit une cinquantaine de dépêche par jour, avec en moyenne près de 500 reprises dans les journaux de la place. Selon lui, le site de l'Agence de presse sénégalaise est l'un des plus visités, avec une moyenne journalière de 10 000 visites. D'ailleurs, l'ambassadeur d'Egypte, qui, outre le Sénégal, représente son pays en Gambie et au Cap-Vert, révèle qu'il utilise le fil de l'APS pour s'informer sur le Sénégal et la sous-région.