UNESCO : Mame Fatim Guèye précise les axes des futures interventions du Sénégal

Présidence de la République

Ambassadeur du Sénégal auprès de l'UNESCO et présidente du groupe francophone de cette organisation internationale, Mame Fatim Guèye Guèye a soutenu que l'horizon 2015 nécessitait une forte mobilisation, qui doit porter sur des points se rapportant notamment à la nécessité d'une éducation de qualité au profit des Etats membres. Cette mobilisation doit aussi s'orienter vers la promotion de la culture dans toutes ses dimensions, a-t-elle ajouté, en signalant la complexité des actions à envisager, du fait de domaines de compétence étant assez variés : culture, patrimoine, sciences, éducation, droits de l'Homme, éthique, transformations sociales, développement durable. Mame Fatim Guèye a évoqué un autre axe de travail correspondant aux missions dédiées au comité du patrimoine mondial, composé de 21 Etats membres de l'UNESCO dont le Sénégal, seul pays africain à siéger au sein de cette instance en 2014. Ce comité joue un rôle très important dans la gestion du patrimoine mondial reconnu par l'UNESCO. Parmi ses prérogatives, il y a le pouvoir d'inscrire un site déterminé sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, un sujet important dans les régions en situation de conflit ou de post-conflit. Le Sénégal accorde par ailleurs une importance particulière à d'autres points essentiels comme l'éducation au développement durable, la bioéthique et la biodiversité. La représentante sénégalaise a également cité la valorisation des potentiels des femmes et des jeunes, une priorité pour l'UNESCO. Sur sa mission, Mme Guèye dit avoir conscience que c'est souvent un travail de longue haleine, parce que dans un environnement multilatéral, les négociations et les compromis sont nécessaires, pour adopter des décisions à portée universelle. La délégation sénégalaise compte en outre participer activement à la Semaine africaine de l'UNESCO, prévue en mai prochain sur le thème de l'agriculture, dans l'objectif mieux articuler cette thématique au concept de diplomatie économique prôné par les autorités sénégalaises. La représentante sénégalaise à l'UNESCO vient d'organiser la Journée de la Francophonie, le 20 mars dernier, une première depuis sa prise de fonction comme ambassadeur du Sénégal au sein de l'organisation onusienne. A cette occasion, le groupe francophone a rendu hommage à Abdou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), pour ses actions à la tête de l'organisation. Cela s'est traduit par un intérêt grandissant à l'endroit de l'OIF dont le mandat se matérialise par une magistrature d'influence de plus en plus reconnue grâce à son action.