Antoine Sfeir : "Le Sénégal est une citadelle pour l'islam radical

Présidence de la République

"Le Sénégal est comme une citadelle pour l'islam radical. Car jusqu'à présent, le Sénégal est protégé de cette forme de d'islam extrémiste grâce au travail des confréries. Il en est de même pour la France qui est une citadelle pour les islamistes radicaux à cause de la laïcité", a-t-il analysé. Antoine Sfeir, auteur de nombreux ouvrages sur des sujets liés au Moyen-Orient et plus généralement au monde musulman, donnait une conférence publique, vendredi soir à Dakar, dans le cadre d'un séjour de 48 heures (29 au 30 mars 2014) au Sénégal. Des membres de l'Union des Français de l'étranger dont la section sénégalaise est présidée par Alain Floriet, ainsi que des invités sénégalais triés sur le volet participaient à ce dîner-débat organisé à la résidence de l'ambassadeur de France au Sénégal. "A cause des confréries qui sont des filets de solidarité, l'islam est vécu sans avoir besoin de l'islamisme radical chiite ou salafiste qui se nourrissent des situations d'injustice, de pauvreté et de destruction du tissu social", a précisé le conférencier, en présence de l'ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Félix Paganon. "Il faut développer l'éducation. Car c'est par l'éducation que l'on développe l'altérité, c'est-à-dire la connaissance de l'autre et la citoyenneté au niveau des jeunes", a dit M. Sfeir, dont le dernier ouvrage s'intitule "L'islam contre l'islam". Il a prévenu que l'islam radical" frappe aux portes du Sénégal, avec la situation prévalant dans le nord du Mali, au Nigeria avec Boko Haram et dans certains pays arabes, en particulier ceux du Maghreb.