Un diplomate juge fondamentale la participation des femmes à la gouvernance locale

Présidence de la République

Aujourd'hui, au Sénégal, en raison de la décentralisation et du transfert de compétences, le défi de la transparence et de la bonne gouvernance dans la gestion des affaires locales est plus important, a souligné M. Born. Il intervenait, à l'occasion d'un atelier sur la négociation politique et la construction de consensus autour de candidates pour l'exécutif de la gouvernance locale de 2014. Les femmes de ces zones, grandes productrices économiques se trouvent confrontées à de grandes difficultés. Elles sont moins instruites que les hommes, leurs voix ne sont pas déterminantes par rapport à l'accès à la terre ni aux principales activités économiques rémunératrices, a t- il souligné. Cependant, a relevé le diplomate, les femmes sont remarquées dans les actions de développement villageoises, communautaires car, elles se regroupent autour d'associations féminines et développent des actions de recherche de solutions aux difficultés de la famille certes mais ne participent pas aux prises de décisions. C'est pour cette raison, selon Philippe Born, que les autorités sénégalaises ont décidé de placer le prochain sommet de la Francophonie sous le thème : femmes et jeunes, vecteurs de paix et de développement. Nous sommes heureux d'appuyer, à travers le Fonds canadien d'initiatives locales, le projet de laboratoires Genre et recherche scientifique visant à accompagner le candidates aux élections locales, a assuré M. Born. Il a estimé que les femmes veulent générer de nouveaux leaders et porte-parole pour la prise en compte de leurs préoccupations (...). En ce sens, a t-il souligné, la société civile joue un rôle considérable dans la promotion de l'équité et de l'égalité du genre. Ainsi, selon lui, la société civile devrait continuer à assurer la promotion du leadership féminin de la manière la plus efficace et la plus facile dans l'esprit d'une parfaite synergie avec les autorités publiques. L'initiative du Laboratoire genre en constitue un signal fort, a-t-il estimé. Philippe Born a aussi salué la volonté politique des autorités de faire de la promotion de la démocratie, du droit des femmes, une réalité au Sénégal. Revenant sur la Fonds canadien, l'ambassadeur a expliqué qu'il est mis en place pour favoriser le développement économique, la promotion de la démocratie. Il vise aussi à assurer un avenir pour les enfants et les jeunes ainsi que la sécurité et la stabilité. La coopération canadienne a défini comme grandes priorités l'éducation, la sécurité alimentaire, la gouvernance et l'axe transversal qui est l'égalité des sexes, a précisé le diplomate.