Guinée-Bissau : le candidat du PRP promet la reconstruction sociale et de meilleures conditions pour l'armée

Présidence de la République

Dans un entretien avec l'APS, lundi, M. Baldé, président du Parti de la Rénovation et du Progrès (PRP), et soutenu par 14 partis, affirme avoir axé son programme sur la reconstruction sociale de ce pays en proie à une instabilité chronique et présenté comme le ventre mou du trafic de drogue en Afrique de l'Ouest. Se prononçant sur l'armée qui pèse d'un poids considérable dans le jeu politique, Dr Seick Aladje Mamadou Uri Baldé, en visite au Sénégal, décrit plutôt cette armée comme une institution de libération. L'armée n'est pas un problème. Ce sont les différents gouvernements qui se sont succédé qui n'ont rien fait pour l'armée, selon le candidat du PRP qui promet, s'il est élu, de créer les conditions pour que l'armée reste dans les casernes. Outre la création d'une académie militaire, Dr Seick Aladje Mamadou Uri Baldé, veut aussi donner 500 tracteurs au ministère de la Défense pour aider l'armée à se nourrir. Les premières élections présidentielle et législatives en Guinée-Bissau depuis le putsch d'avril 2012 auront lieu au mois de mars. Ces élections doivent mettre fin à la transition politique entamée après un coup d'Etat militaire qui, le 12 avril 2012, entre les deux tours d'une présidentielle, avait renversé l'exécutif de cet Etat ouest-africain d'environ 1,6 million d'habitants. La Guinée-Bissau a connu une succession de coups d'Etat avortés ou réussis, de mutineries et une guerre civile, en grande partie liée à l'hypertrophie de l'armée issue de la guerre pour l'indépendance contre le Portugal, gagnée en 1974. Cette instabilité chronique a déstabilisé son économie et y a attiré au fil des années les cartels de la drogue sud-américains, qui en ont fait une des plaques tournantes du trafic de cocaïne en Afrique de l'Ouest.