20-ème Session Comité Al Qods : arrivée à Marrakech du ministre Abdoulaye Daouda Diallo +++Envoyé spécial : Cheikh Tidiane Ndiaye+++

Présidence de la République

Les ministres qui sont réunis dans une des salles du luxueux hotel Palm Plaza de Marrakech devraient, au terme de leur huis-clos, avoir une audience avec le Souverain chérifien aux environs de 12h avant que débute, quelques heures après, l'ouverture officielle de la 20-ème Session du Comité Al Qods. Cette rencontre s'inscrit dans le cadre des efforts et des démarches que le roi du Maroc, par ailleurs Président du Comité Al-Qods, ne cesse d'entreprendre auprès des États et des parties concernés par la cause palestinienne, explique-ton de source officielle marocaine. La même activité, ajoute la source, est déployée qu'auprès des pays membres permanents du Conseil de sécurité et de l'Union européenne, en vue de mettre en exergue l'importance particulière d'Al-Qods pour l'ensemble du monde musulman et chrétien. Dans un document transmis à l'APS, l'ambassade du Maroc au Sénégal souligne que le roi Mohamed VI "n'a pas manqué de lancer des mises en garde contre les répercussions de la poursuite par Israël de ses plans de judaïsation de la ville sainte (Jérusalem) sur le processus de paix, en appelant à la mise en place de stratégies globales, cohérentes et intégrées dans un cadre de complémentarité entre le monde arabe et islamique". Prendront part à la réunion de Marrakech plusieurs personnalités et institutions dont Mahmoud Abass, le président de l'Autorité palestinienne, arrivé jeudi après-midi dans la ville rouge, le Secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) ainsi que des émissaires de haut niveau représentant les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, l'Union européenne, le Vatican, l'ONU et la Ligue arabe. Deux jours durant, ils se pencheront sur la conjoncture délicate que traverse toute la région du Moyen-Orient et qui exige de faire preuve de la vigilance et de la prudence nécessaires pour contrecarrer les pratiques colonisatrices et provocatrices des autorités israéliennes visant à modifier le statut juridique et démographique de la Ville sainte, au moment de la relance des négociations entre Israël et l'autorité palestinienne, sous l'égide des États-Unis, souligne un document de la rencontre.