Le Per veut stimuler une croissance forte et durtable avec 851 milliards 600 millions FCfa

Economie

Dakar, 11 août (APS) - Le Programme économique régional(Per) initié par l'Union économique monétaire ouest africaine(UEMOA), se veut comme objectif de contribuer à l'approfondissement du processus d'intégration en vue de stimuler une croissance forte durable et réductrice de la pauvreté, nécessite un budget de 851 milliards 600 millions de francs Cfa. Adopté depuis mai 2004 à Cotonou(Bénin) par le conseil des ministres statutaire de l'UEMOA, le programme s'investit dans les questions d'intégration et du Nouveau partenariat pour le développement(NEPAD). "En vue de faciliter l'accélération de la croissance économique, dans la perspective d'une réduction significative de la pauvreté dans l'Union, la communauté de l'UEMOA, la BCEAO et la BOAD ont élaboré conjointement le Per" a expliqué El Hadji Abdou Sakho, chargé du département des politiques fiscales, douanioères et commerciales de l'UEMOA. Selon M. Sakho, "les orientations portent sur la nécessité d'accélérer l'émergence d'un pôle économique régional dynamique et prospère, au sein duquel seraient organisés les efforts d'adaptation des économies aux exigences de la mondialisation et d'amélioration de la productivité, afin d'offrir de meilleures perspectives de croissance". A cet effet, a t - il ajouté, "nous avons énormément d'initiatives. Mais pour que cela se concrétise,il faudrait qu'au niveau régional et sous régional, que nous nous organisions afin d'apporter une réponse adéquate à cet ensemble". D'autre, M. Sakho a souligné que les secteurs de concentration du Per concerne la réhabilitation et la modernisation des infrastructures, l'amélioration de la compétitivité par la mise à niveau des capâcités industrielles, la promotion des Petites et moyennes entreprises(Pme), la transformation et la valorisation des ressources naturelles et la baisse du coût des facteurs de production. Par ailleurs, il faut noter que le Per dont le financement acquis se chiffre à 15% par rapport au budget global nécessaire, compte sur le partenariat avec le secteur privé dans la mise en oeuvre de son programme, mais aussi pour son finacement. SBS/